Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
biotexcom.overblog.com

De jolis bébés, bienvenu dans notre famille!!!!

L’expérience des couples infertiles – l’adoption ou la GPA

Publié le 20 Mars 2017 par BioTexCom in GPA

L’infertilité donne deux variantes de résoudre les problèmes d’absence des enfants dans une famille, ce sont la gestation pour autrui et l’adoption. Pourtant la plupart de couples choisissent justement la GPA malgré qu’elle ne s’est pas assurée du grand soutien dans la société. Pourquoi les femmes qui ne peuvent pas tomber enceinte et porter l’enfant naturellement transmettent cette mission à une tierce, une mère porteuse, et n’adoptent pas un bébé du foyer de l’enfance ?

 

« Il y a 9 ans que nous sommes mariés. Et nous connaissons l’un l’autre 20 ans. Nous avons une famille magnifique, nous faisons tout ensemble et en commun et nous pensons longtemps à avoir un bébé. Il y a 8 ans, quand nous avons décidé de tomber enceinte, moi et mon mari, nous avons passé tous les examens nécessaires et la préparation. Quand je suis tombée enceinte pour la première fois, notre bonheur n’a pas eu de limites ! Je me souviens, à l’occasion de cet événement, mon mari m’a organisé une croisière inoubliable à travers toute l’Europe. C’était probablement le temps le plus heureux et le plus serein dans notre vie. Mais il ne pouvait pas durer toujours … J’ai eu les saignements, on m’a emmené à l’hôpital et on n’a pas pu sauver le feotus. C’était la grossesse extra-utérine, en conséquence, les médecins ont dû enlever une trompe.

J’ai passé le traitement qualifié et les médecins ont dit que la probabilité de grossesse avec une trompe est deux fois plus basse qu’avec deux mais possible. Nous avons recueilli toute notre volonté et l’état d’esprit positif et nous nous sommes dirigés vers la deuxième grossesse. Dans deux ans le test a montré deux barres de nouveau. Nous étions sans doute heureux mais deux fois plus prudents. J’étais toujours sous le contrôle de mon médecin, je passais toutes les analyses et les examens appropriés. Nous tous, nous avons beaucoup espéré que cette grossesse finirait par l’accouchement réussi. Mais, comme on dit, va où tu veux, meurs où tu dois. Ma deuxième grossesse a fini de même manière triste que la première – l’opération, la perte du foetus et l’ablation de la deuxième trompe. Voilà comment je suis devenue infertile. Les médecins ont dit que je ne pourrais pas tomber enceinte moi-même après tout.

Après que moi et mon mari, nous avons repris nos esprits et survécu toute cette horreur, notre désir d’avoir un bébé a augmenté de maintes fois ! Nous nous sommes mis à chercher des variantes. Le premier c’était bien sûr l’adoption. Mais quand nous avons appris combien de temps, de forces et de barrières bureaucratiques était à surmonter … Par occasion, mon mari est tombé sur Internet sur la publicité de la clinique de la PMA, celle de la GPA. Tout compté et appris, nous avons délibéré et décidé que c’était notre chance unique et idéale de devenir parents enfin et oublier tous nos échecs et larmes.

La mère porteuse, cette femme admirable, nous a accouché notre enfant longuement attendu. La fille est en bonne santé, elle est belle et ressemble beaucoup à papa ! Toutes les formalités juridiques, les documents etc. ont été réglés et établis par les employés de la clinique où nous avons passé le programme. Tout est légal, sans problèmes et indus ».

Même si l’adoption est devancée par la maternité de substitution à présent, elle se fait aussi. Les couples étrangers adoptent les enfants d’âge différent à l’étranger même s’ils ont des graves problèmes avec leur santé.

« On a déjà entendu rire les enfants dans notre famille. Nous avons élevé notre fils et nous sommes heureux qu’il est devenu un brave homme. Quand mon mari a engagé la conversation sur le deuxième enfant, moi, je ne pouvais plus accoucher et nous ne voulions pas avoir recours à la PMA. Peut-être nous ne sommes pas si modernes ou c’est l’opinion public qui nous a influencé, mais nous avons refusé catégoriquement la FIV et la GPA. Nous avons décidé d’adopter un enfant. Nous avons visité le foyer de l’enfance plusieurs fois, là, nous avons parlé et regardé les enfants qui y habitaient, appris et préparé les aspects juridiques. Le processus de l’adoption s’est avéré très long et fatiguant. Nous n’avons fermé toutes les questions que dans deux ans. Par ailleurs, nous étions épuisés de manière émotionnelle, physique et financière. Mais notre famille était heureuse, on a eu une fille qui est devenue la membre principale de notre famille.

Nous lui avons donné tout le meilleur et nous l’avons éduqué de la même manière que nous avons éduqué notre fils. Mais les gènes ce sont les gènes et personne n’a annulé la génétique. Le plus souvent les foyers de l’enfance accueillent les enfants des mères égarées : alcooliques, intoxiquées, prostituées. L’hérédité de ces enfants est la même. Bien sûr, les petits enfants sont tous si beaux, attrayants et jolis qu’on peut les adopter tous. Mais ils grandissent et deviennent la copie de leurs parents, c’est-à-dire des gens qui les ont quittés. De plus, la plupart d’orphelins ce sont des enfants qui ont des problèmes avec la santé ou à capacité réduite. Vous ne saurez jamais quels sont les gènes de l’enfant que vous voulez adopter. C’était notre cas.

Dans quelque temps la fille a commencé à tomber malade très souvent. Quand nous avons visité le pédiatre, il a fait l’examen médical et a diagnostiqué notre fille. Le diagnostic était le suivant – le syndrome d’alcoolisme foetal. Ce sont des anomalies du développement psychophysique de l’enfant dont la cause est la consommation de l’alcool par la femme avant et pendant sa grossesse. Bien sûr, nous n’avons pas quitté cette fille et nous lui consacrons tout notre temps, nous lui offrons notre amour et nos soucis et nous cherchons des méthodes de faire sa vie meilleure et plus confortable. Pourtant, cette histoire deviendra peut-être un signal ou une certaine consultation pour les couples qui ne peuvent pas choisir entre la gestation pour autrui et l’adoption. Il faut prendre en compte un tas de facteurs et pièges liés à l’adoption. Malgré cela les programmes de la PMA jouissent maintenant de la plus grande popularité que l’adoption chez les couples infertiles européens. Et c’est le fait confirmé par la statistique mondiale ».

 

http://mereporteuse.info/

 

Source : http://fr.newseurope.info/?p=26935

 

Commenter cet article