Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
biotexcom.overblog.com

De jolis bébés, bienvenu dans notre famille!!!!

Témoignage de GPA paquet ‘Standard’

Publié le 18 Novembre 2016 par BioTexCom in Clinique Biotexcom

Témoignage d'un couple français qui a pris le paquet "Standard"  de Gestation pour autrui.

Ayant le cancer, la femme ne peux pas assumer la grossesse. Le couple ont décidé de tenter fortune d'adoption d'un enfant, mais à cause de la maladie, leur chance d'obtenir l'agrément étaient minuscules.

Après des longues recherches du pays pour faire la procédure de GPA, la Belgique, la Grèce, ils se sont arrêtés sur la clinique BioTexCom en Ukraine.

Leur mère porteuse est enceinte et ils sont heureux de devenir bientôt des parents!

Regardez leur témoignage plus détaillé sur le vidéo.

http://www.mereporteuse.info/

Commenter cet article

eli458 07/12/2016 10:20

Bonjour. Je suis intéressée par vos services mais je voudrais savoir si votre loi protège des enfants nés pas gpa? Je veux dire que parfois ça arrive que des femmes ne veulent pas laisser des enfants, car elles comprennent que ce ne sont pas leur enfants. Mais parfois des mères porteuses veulent après la naissance de laisser les bébés, elles pensent que ce sont leurs propres bébés. Quoi vous faites si ça arrive? Comment votre clinique le contrôle?

BioTexCom 09/12/2016 09:33

Bonjour.
Les droits de la mère et du père biologique sont bien protégés par la loi en Ukraine. Les droits et les intérêts des enfants, qui se naissent avec PMA, sont bien protégés de la même façon, car la loi tient compte leur filiation génétique (biologique) avec la mère et le père.
En Ukraine, dès 1997, la loi permet d’exercer le don d’ovules, de sperme et la maternité de substitution. Le règlement qui stipule qu’en cas du transfert de l’embryon conçu par les époux à une autre femme, ce sont les époux qui sont les parents de l’enfant, y compris dans les programmes de maternité de substitution, est assuré dans un nouveau Code de la famille d’Ukraine (l’article 123-2).